samedi, 17. novembre 2018
RedGlobe Actualité
Statistics

Today: 224

Yesterday: 22338

Since 01/06/2005: 46203882

La lutte contre la grande pauvreté exige un plan d’urgence prioritaire. 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont un enfant sur 5. Il était temps. Le Président de la République se penche sur la question de la pauvreté en présentant son « plan ».

Il y a des mesures positives, résultat notamment de l’action au quotidien des associations de solidarité, mais aussi des élu.e.s locaux, et singulièrement communistes, qui font un travail formidable. Revalorisation de la prime d’activité, aide à l’accès des enfants aux crèches, petits-déjeuners à l’école, tarification sociale pour la restauration scolaire, formation obligatoire 16-18 ans pour les décrocheurs, une prise en charge allongée pour les jeunes en rupture familiale, quelques mesures de simplification pour l’accès aux soins, cela va dans le bon sens.

Mais ce plan comporte de nombreuses carences. Il n’y a pas de revalorisation du RSA et toujours pas de RSA pour les moins de 25 ans, effort insuffisant pour l’hébergement des familles, et aucune mesure contre la pauvreté des migrants ni pour leur accès aux soins, baisse du budget emploi, notamment des contrats aidés.

Aucune remise en cause des mesures de désindexation conduisant à la baisse des allocations familiales, des retraites et des allocations logement, prévues dans le budget 2019,qui vont faire basculer de nombreuses familles dans la pauvreté.

Un vrai plan d’urgence devrait agir sur tous les fronts concernés : interdiction des expulsions locatives, des coupures d'énergie et d'eau, refus des privations de cantines scolaires, suppression de la TVA sur les produits de première nécessité, construction massive de logements sociaux, augmentation des places d'hébergement d'urgence, soutien à l'insertion dans l'emploi, élargissement de l'accès aux soins, réforme des minimas sociaux avec un revenu dont le montant devrait est supérieur à 800 euros comme le demande les associations.

Si le président Macron veut se départir de son image de président des riches, qu'il cesse de verser des milliards de cadeaux fiscaux et sociaux aux personnes très riches de notre pays, qu'il engage une réforme fiscale juste pour lutter contre les inégalités et pour répondre aux besoins sociaux de la population.

Nous proposons une grande conférence sociale avec les réseaux et associations de solidarité, les syndicats, les personnes en situation de pauvreté, les salariés, pour travailler ensemble à l’élaboration d’un plan cohérent et pluriannuel pour mener ce combat.

Dès aujourd’hui, et pendant les 3 jours de la Fête de l’Humanité, venez rencontrer les associations de lutte contre la pauvreté. Venez signer la pétition qu'engagent les communistes pour exiger que le « pognon de dingue » de l'évasion fiscale, des dividendes versés aux actionnaires, soit rendu.

Malgré son plan, la politique de Macron c’est toujours un pas en avant, trois siècles en arrière.

Source:

Parti Communiste Français

Real time web analytics, Heat map tracking