18 | 06 | 2019

HumaniteLe directeur de l’hebdomadaire communiste colombien Voz est mort le 23 mai. Il a été l’une des chevilles ouvrières des accords de paix en 2016.

Jamais Carlos Lozano ne s’est départi de sa finesse politique, de sa rigueur d’analyse, et de sa disponibilité. Jamais, pas même lorsqu’il faisait face à la terrible maladie qui l’accablait depuis des années. La dernière fois que nous l’avions rencontré, c’était il y a un an, dans son bureau de l’hebdomadaire communiste Voz, qu’il dirigeait avec énergie et enthousiasme. Il était alors intarissable sur les accords de paix survenus quelques mois plus tôt entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Il insistait sur la portée de cet événement transcendantal, mais avertissait également des écueils et des menaces qui continuent de peser sur la paix. Carlos Lozano était un fin connaisseur du conflit qui a ensanglanté son pays. Il en maîtrisait les acteurs, les histoires derrière l’Histoire, les trahisons et les espoirs douchés. Ce n’est pas exagéré d’affirmer qu’il fut l’une des chevilles ouvrières du rapprochement des différents protagonistes de la guerre qui a abouti à l’actuelle concorde nationale, indispensable pour les Colombien.ne.s et si fragile... Carlos Lozano a consacré sa vie, son combat politique au sein du Parti communiste colombien (PCC), à la paix et à la justice sociale par la voie du dialogue.

Jesus Santrich, l'un des anciens négociateurs de paix de l'ex-guérilla des FARC, a été interpellé ce lundi 9 avril en Colombie. Les États-Unis qui le soupçonnent de trafic de drogue demandent son extradition.

Comme par hasard, cette arrestation survient alors que le parti politique FARC a dénoncé dimanche la lenteur à réinsérer une partie des 7 000 ex-guérilleros ayant déposé les armes après la signature de l'accord de paix. Un grand nombre d'entre eux vivent une situation de précarité par manque d'infrastructures sanitaires et de sécurité alimentaire. En outre, 623 militants de l'ex-guérilla sont toujours emprisonnés alors que l'accord leur garantissait une amnistie.

Real time web analytics, Heat map tracking