19 | 07 | 2019

La Fédération Syndicale Mondiale (FSM), qui représente 95 millions de travailleurs sur les cinq continents ainsi que le mouvement ouvrier de classe mondial, rejette de manière catégorique la tentative de coup d’État contre le gouvernement légitime de la République bolivarienne du Venezuela.

Ce 23 janvier 2019, Juan Guaido, membre du parti Volonté populaire (VP) s’est autoproclamé président du Venezuela à la suite d’une manifestation à Caracas. Aussitôt, Donald Trump l’a reconnu officiellement par un tweet, suivi d’un communiqué de la vice-présidence étasunienne appelant le président élu en 2018, Nicolas Maduro, à la démission.

L'immédiate reconnaissance hier par les États-Unis, puis le Brésil, le Pérou et le Canada de l'auto proclamation du Président de l'Assemblée nationale Juan Guaido comme "Président en exercice par intérim", n'est pas responsable.

Voilà qui ressemble sérieusement à un coup d’état, jetant de l’huile sur le feu aggravant le risque d’une escalade dangereuse où une partie du peuple vénézuélien s'élève contre l’autre.

Le Parti Communiste de Belgique dénonce l’auto-proclamation du fasciste Juan Guaidó comme président intérimaire du Venezuela. Celle-ci, reconnue par Trump, n’est qu’une énième tentative de déstabilisation du seul gouvernement légitime, démocratiquement élu : le gouvernement populaire de Nicolas Maduro. Juan Guaidó, pion de l’impérialisme, ne servira que les intérêts de la bourgeoisie nationale vénézuélienne et de l'étasunienne et détruira les avancées sociales et démocratiques de la révolution bolivarienne.

HumaniteLes coups d’État se filment en direct, avec de simples smartphones, et quelques appuis bien sentis. C’est la scène qui vient de se produire, ce mercredi 23 janvier, journée symbolique au Venezuela puisqu’elle marque la fin de la dictature de de Marcos Perez Jimenez.

Alors que les chavistes manifestaient en masse leur soutien au président Nicolas Maduro, l’opposition de droite a, elle, annoncé sa destitution. Lors d’un meeting, le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaido s’est auto-proclamé président du Venezuela. Sans le bruit de chars ou d’effusion de sang, du moins pour l’instant. Ce coup d’État, qui pourrait déboucher sur une issue tragique, a été savamment orchestré depuis l’an dernier entre les secteurs les plus réactionnaires de la Table d’unité démocratique ( MUD- droite) et les États-Unis.

Le 1.12.2018, Carolus Wimmer, responsable des relations internationales et membre du Comité central (CC) du PC Venezuela, a adressé ses salutations militantes au CC du PST-POP. Les camarades suisses ont reçu des informations de première main sur la situation dans le pays attaqué par l’impérialisme à plusieurs niveaux.

Depuis 20 ans, le Venezuela essaie de suivre sa propre voie et depuis 20 ans, l’impérialisme, américain en particulier, tente en vain d’éliminer cet exemple d’alternative. Selon le PC Venezuela, le gouvernement actuel fait une bonne politique sociale, mais comme on peut le voir au Brésil, par exemple, cela ne suffit pas, selon le camarade ; il faut nommer les problèmes existants et faire preuve d’autocritique. La révolution doit se poursuivre et le capital doit être privé de pouvoir, dit Carolus Wimmer.

Le Parti communiste du Québec – section du Parti communiste du Canada vous convie à assister, le 24 novembre prochain, à un panel de discussion sur les récents développements en Amérique latine et sur le rôle que joue la République bolivarienne du Venezuela dans la défense des mouvements progressistes en Amérique latine. Le Panel commencera à 18h et prendra place à l’Association des travailleurs grecs (5359 ave du Parc, entre St-Viateur et Fairmount).

Le Parti communiste du Canada condamne la dernière et flagrante violation de la souveraineté nationale du Venezuela par la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

Outrepassant de loin les limites de la diplomatie, la ministre Freeland s’est attaquée au scrutin du 30 juillet visant à élire une assemblée constituante qui aura le pouvoir de résoudre la crise politique au Venezuela. La prétention du gouvernement libéral à l’effet que l’élection était « en contravention de la Constitution du Venezuela » et, de ce fait, illégitime, est un mensonge. Les articles 347 et 348 de la Constitution bolivarienne donne le droit au président de mettre en place une Assemblée constituante nationale.

Ce texte est la traduction française du communiqué du 27 juillet 2017 Solidarity with the Bolivarian Revolution! Defeat the Imperialist Conspiracy Against Venezuela! du Congrès canadien de la Paix.

Chères amies, chers amis,

Comme tant d’ami-e-s de la révolution bolivarienne à travers le Canada et à travers le monde, le Congrès canadien de la Paix s’inquiète de l’intensification de la campagne orchestrée par les cercles privilégiés monopolistes du Venezuela et par leurs commanditaires impérialistes à l’échelle internationale – incluant le Canada – pour fomenter le chaos économique et la violence politique dans le but de rendre le pays ingouvernable et provoquer un coup d’état réactionnaire. Au cas où la tentative de contre-révolution interne échoue, des plans d’une intervention militaire directe par les États-Unis sont élaborés, possiblement sous la couverture de l’Organisation des États américains (OEA).

Real time web analytics, Heat map tracking